Recherche:






Comment l’école peut-elle promouvoir les compétences de lecture et d’écriture des élèves issus de milieux peu éduqués?

Contexte On sait une chose, au moins depuis les enquêtes PISA 2000: en Suisse, la différence de niveau entre les groupes sociaux proches et éloignés de l’éducation est très marquée. L’institution scolaire peine considérablement, dans son attitude face aux enfants issus de familles peu éduquées, à fournir une contribution substantielle au développement de la littéralité. Et pourtant, la capacité à lire et écrire est une condition essentielle du succès dans la vie professionnelle.

But Le projet entend identifier les facteurs qui amènent les jeunes issus de milieux éloignés de l’écriture à se développer correctement dans les domaines de la lecture et de l’écriture. Et créer ainsi les bases d’un encouragement ciblé des langues chez les jeunes vivant dans des conditions d’apprentissage défavorables. Enfin, il s’agit de mettre au point des mesures qui permettront à ces enfants de disposer des mêmes chances de développement scolaire et professionnel.

Signification Le projet identifiera les conditions permettant un développement suffisant des compétences de lecture et d’écriture des enfants issus de milieux peu éduqués. Celles-ci serviront de base scientifique à l’orientation donnée à la politique de l’éducation et à l’école. Le projet contribuera ainsi à améliorer l’égalité des chances dans le système éducatif suisse.

Résultats Les échecs ne sont pas préprogrammés dans les domaines de la lecture et de l’écriture : il y a encore et toujours des enfants et des adolescents qui étonnent par leur parcours réussi dans un environnement peu propice à l’éducation (résilience littérale). Si on parvient à identifier les facteurs qui jouent dans ce succès, y compris dans des conditions contraires, et s’il est possible d’utiliser ces facteurs de manière ciblée, on pourra en dériver des interventions pratiques. Les réflexions de cette nature alimentent l’espoir de pouvoir agir activement contre les échecs durables observés dans certains groupes sociaux dans le domaine de l’éducation. La présente étude de Hansjakob Schneider montre que les jeunes résilients littéraux se distinguent des autres par le sens qu’ils donnent à l’écrit dans leur vie ; autrement dit, par les fonctions qu’ils ont pu développer pour la lecture et l’écriture dans leur vie. Il est particulièrement important que les jeunes puissent établir un rapport entre leurs actes privés et les exigences scolaires.

Prof. Dr. Hansjakob Schneider
Institut Forschung und Entwicklung
Pädagogische Hochschule FHNW
+41 62 832 02 72 (dir. 67)
hansjakob.schneider@fhnw.ch

Prof. Dr. Annelies Häcki Buhofer
Deutsches Seminar
Universität Basel
+41 61 267 34 19
annelies.haecki-buhofer@unibas.ch

Prof. Dr. Andrea Bertschi-Kaufmann
Institut Forschung und Entwicklung
Pädagogische Hochschule FHNW
+41 62 832 02 72
andrea.bertschi@fhnw.ch

Prof. Dr. Wassilis Kassis
Fachbereich Erziehungs- und Kulturwissenschaften
Universität Osnabrück

Prof. Dr. Winfried Kronig
Heilpädagogisches Institut
Universität Freiburg i.Üe.
+41 26 300 77 27
winfried.kronig@unifr.ch Documents:

  Rapport final (en allemand) (824KB) 07.01.2009    ouvrir >
  Poster (en allemand) (230KB) 29.06.2009    ouvrir >
  Publications scientifiques dans le cadre du PNR 56 (174KB) 03.11.2010    ouvrir >

Retour